mardi 23 novembre 2010

Et leurs rires raisonnent (encore)...


Je vous avais parlé dans mon dernier compte-rendu parisien d'une série photo impovisée avec Nastou dehors où on avait fait les cons avec François. Et hier soir, lorsque j'ai découvert ses photos, j'ai été subjuguée, franchement. Parce que c'est tellement nous, tellement vrai. Et la Vérité avec un grand V, ça me fait toujours un peu chialer...Autant que la Beauté (mais bon la vérité est belle et inversement) Elle a réussi à capter notre fusion enfantine, une âme à deux. Je sais, c'est cucu mais je crois que je n'ai jamais été autant touchée par une série (yeux qui brillent)

Je vous invite AMPLEMENT à voir la série sur son blog, en grand format avec Kanye West en BO, ça donne une ambiance folle à l'ensemble <3


Ps : Le pire, c'est que tout ce qu'on fait là n'est juste que la conséquence de deux "enfants perdus" lancés sur un stade vide qui courent et grimpent partout. On n'arrêtait plus, Nastasia nous suivant au pas de course ;D


BIG LOVE

dimanche 21 novembre 2010

Stockholm.


Je me suis motivée à continuer les étapes de notre voyage en Scandinavie de cet été :) Plus que deux articles et aujourd'hui, c'est Stockholm, aaaaah, Stockholm...Je ne trouve pas les mots pour dire à quel point ce fut coooool. Le mieux, c'est qu'on est tombé pile poil pendant la Fashion Week ce qui m'a permis de jeter un oeil à l'ambiance qu'il y avait sur place. Et c'est beaucoup plus frais qu'à Paris, moins fermé dans un sens. Ca et nos éternelles balades à vélos autour des lacs, c'était le pied. On était dans un appart avec Götgatan, alias le quartier le plus jeune et cool, juste en bas. Bref, j'ai VRAIMENT envie d'y retourner parce que j'ai été frustré de ne pas y rester plus longtemps. Mais on n'avait pas le choix, il fallait partir un jour ou l'autre pour profiter de la Norvège. 

Encore une fois, peu de photos mais une vidéo remplie de conneries ;D


Je suis une spécialiste des têtes débiles quand je pose avec de la bouffe AHAH.


Dudu, mon fameux tyrannosaure, adopté à Emmaus sur place. Ca a été notre mascotte tout le long.


Mon pull kitsh foufou acheté à Beyond Retro à Goteborg, complètement psyché.


Tout le monde en route pour le défilé suivant.


J'ai squatté un bon moment devant l'entrées des défilés, cherchant des styles intéressants à prendre en photo et quand je les trouvais,  évidemment je ne trouvais pas la force et le courage de les aborder. Mais ce jour là, je l'ai vu, elle, cette fille que j'avais déjà aperçu dans plusieurs sites de streetstyle, toujours habillée de jolies vestes aux inspirations orientales, du doré, souvent. "Oh putain, faut que j'aille la voir ! Oh, non, j'ai trop peur, qu'est-ce que je vais lui dire ?" François qui me presse, elle s'assoit en solo, pianotant son portable. Bon, allez. "Hi, can I take a picture of you ?" Elle accepte avec un grand sourire, je shoote, lui file timidement ma carte et esquisse un mouvement pour m'éclipser quand elle engage la conversation. "Where are you from ?" Je lui réponds et on commence à papoter de Paris et de mon voyage. "I really like your style, you look so cool and cosy. I hate all the girls here, they try too hard for the fashion week, I'm tired of that" Well, c'est sur que ce jour là, avec mon pull chatons, je détonais un peu. Bref, elle me demande si je vais au défilé, ce qui n'est pas le cas, pas d'invitation. "Oh, you don't care. You can wait a little bit and come ! I will be inside !" Oooook. Bon, je retourne vers François. "Elle a dit qu'on pouvait rentrer avec elle !" C'est parti !




Voilà comment je me suis retrouvée à l'intérieur, assistant au premier défilé de ma vie, en Suède. Complètement dingue. Bon, je ne me souviens ni du créateur et la collection était vraiment étrange, mais voilà, c'était mon premier et j'avais des étoiles filantes plein les yeux en flippant chaque seconde que quelqu'un me vire de là. Ce qui n'a pas été le cas. Ni là, ni deux jours avant quand avec François on a squatté les backstage et carrément une répèt dans la salle immense, uniquement peuplée des techniciens et de la créatrice. Va comprendre.

Je rajouterai peut-être la vidéo complète du défilé que j'ai filmé. Enfin, si ça vous intéresse !


Dans la vidéo, vous trouverez pas mal de pompes (parce que c'est le pays de la shoes fantamasgorique !) des canards encore (c'est mes potes !) ainsi que Rumi de Fashion Toast pendant une fraction de seconde. Je me suis fait pipi dessus, pas osée aller lui parler, niiiiah.


mercredi 17 novembre 2010

Ode.


Je montre rarement ce que je fais "réellement" en photo -en dehors des cours- sur ce blog, (déjà que ce n'est pas non plus l'ultime avalanche sur celui photo, huuum) mais aujourd'hui ça me pète :) 

Voici quelques clichés extraits de la dernière série que j'ai faite avec Chloé lors de mon récent aller-retour express à Paris pour le pont du 11 novembre (ouais, maintenant, je fais ma furtive ;D) Vous devez déjà le savoir un minimum (particulièrement suite au concours d'écriture) que Chloé est ma Muse avec un grand M et je dois dire que jusqu'ici, je n'avais encore jamais compris ce que ce mot, muse, pouvait bien sincèrement représenter. Oui, j'ai des modèles fétiches, une soeur qui elle dépasse cette représentation et tout et tout... Mais maintenant, je sais. Cette gosse, cette môme comme l'avait si bien dit Anne est un électron libre auquel je m'aimante, photographiquement et humainement parlant. Une âme pure, teintée d'une mélancolie dérangeante perceptible dans la prunelle de ses yeux perdus. Un visage candide, qui exprime sans le vouloir un amas d'émotions et de sensibilité...


A vrai dire, pour ceux qui touchent à la photo (coucou les potes !), tomber sur un modèle avec lequel vous communiquez sans rien dire et qui plus est, est vide de tous automatismes, de toutes gênes, qui se donne dans son intégralité et aussi sa gaucherie dans un sens, c'est un régal presque inexpliquable. Beaucoup ne comprennent pas ce que je lui trouve, moi même je ne sais pas. Et c'est cette incapacité à l'expliquer qui fait le mythe. C'est mon punctum comme dirait Barthes. Bien sur, je devine que son authenticité, son naturel et ce charme évident (à mes yeux) n'y sont pas pour rien mais il manque le truc encore pour l'exprimer clairement. 

Pour l'anedocte, la première fois que j'ai rencontré Chloé, c'était avant le tournage du teaser de Boubouteatime, c'était Bouchra qui l'avait choisi et sur le coup, je dois vous avouer que je n'ai pas compris. Pour reprendre mes pensées, je me disais "ouais, banale, brune, petite, yeux marrons, rien d'extraordinaire" (pardonne moi petit chat ;D) Quelle langue de mouton cuit au barbecue AHAH. Parce que cet être s'est transformé, envolé devant la caméra puis ensuite l'appareil photo, j'en étais bluffée, presque en transe. Et depuis, tel le capitaine Crochet, elle me tire vers de nouvelles aventures ! Oui, c'est mon ôde à une enfant de Salinger, j'avais envie. Elle vient d'avoir 18 ans, faut bien que je marque le coup et lui montre d'une manière ou d'une autre que je tiens à elle même de loin <3


Brrreeeef, sinon, à part ça (-essuie une petite larme à l'oeil-), techniquement parlant, c'est une sorte de série pseudo-mode excentrique où tout le stylisme a été fait par François, sans que je n'y redise rien. Et François, il a sa touche. Lumière crue, ombre portée, zone bouchée, ambiance complètement différente entre chaque prise...En somme, tout ce que détesteraient mes profs AHAH. Une grosse journée de boulot puisque ce jour là, on a commencé à 15h et fini à 5h du mat' ;D Je publierai sûrement la série entière d'ici peu sur mon blog photo.


Et une petite photo bonus avec François. Olive them.


Modèle : Chloé De Nombel
Stylisme : François Bouret
Photos : Typhaine Augusto

Ps : Oui, cet article est complètement hors-contexte mais.... fallait que ça sorte (joues rouges)